à la Maison des associations, Espace Pelletan,
61, bis rue Paul Doumer 17200 ROYAN 

Rendez-vous littéraires de novembre, deux thèmes et deux ambiances contrastées

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

Deux rencontres totalement différentes en ce mois de novembre aux Rendez-vous littéraires...

Mardi 7, les comédiens Dominique Courait et Marie-Hélène Lelièvre ont proposé une lecture synthétisée du roman "Aziyadé" de Pierre Loti, le séducteur-aventurier qui a décrit longuement ses amours interdites sur les rives du Bosphore, avec une jeune femme dans un harem, donnant ainsi le sujet de son premier roman en 1879.

Mardi 14, grâce à deux bandes dessinées réalisées par Patrick Giro et Marie Avril, on aborda l'Histoire de notre ville et de sa région, à travers le courage des navigateurs du 17ème siècle partis à la découverte de nouvelles contrées qui allaient devenir l'Acadie et le Québec. Courage aussi des résistants et des Royannais bombardés à deux reprises en 1945 et de tous ceux qui ont contribué à la reconstruction de notre ville "brisée, martyrisée, mais enfin libérée"...

Lecture musicale de "Aziyadé" de Loti

Présentation de leurs BD par P. Giro et M. Avril

Sainte Thérèse d'Avila : quelle vie !

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

C'est Annie Birkemeier, ancien professeur d'espagnol et adhérente depuis leur création des « Rendez-vous littéraires de Royan » qui fit mardi 10 octobre un exposé très riche et documenté sur la vie étonnante de Thérèse d'Avila. Celle-ci a laissé une œuvre littéraire et spirituelle immense. Elle est la sainte patronne de l'Espagne et des écrivains espagnols.

Fille du juif converti (converso = cristiano nuevo) Don Alonso de Cepeda et de sa seconde épouse Doña Beatriz de Ahumada, Teresa (née en 1515) passe son enfance et sa prime jeunesse au sein d’une famille nombreuse et privilégiée. Enfant exaltée, elle décide d’entreprendre une croisade contre les infidèles et fugue avec son frère Rodrigo. Les deux candidats au martyre furent heureusement rapidement rapatriés chez eux par un oncle rencontré en chemin. La jeune fille grandissant en intelligence et en beauté fut envoyée au couvent par un père soucieux de sa réputation. Thérèse, dans un premier temps désespérée, trouva du charme à la vie calme du couvent, au point de décider contre l’avis de son père d’y retourner alors que celui-ci l’avait retirée pour raison de santé. D’ailleurs, Thérèse, récupérée d’un coma de quatre jours, fut, sa vie durant, prisonnière d’un corps malade qu’elle mit son énergie à dompter.

Sa recherche de l’amour du divin fut récompensée par des expériences mystiques qu’elle relate du mieux qu’elle peut, visions, ravissements et extases qu’elle accepta après les avoir tenues pour suspectes, suivant en cela l’influence de ses directeurs de conscience successifs. C’est alors qu’elle entreprit de parcourir sans relâche le pays pour fonder dix-sept couvents de Carmélites déchaussées, renouant ainsi, contre vents et marées (victime de moqueries, diffamations, malveillance), avec la règle oubliée du Carmel primitif : la prière, la pauvreté, l’obéissance et encore la prière.

Elle fut érigée en docteur de la foi (en 1970 par Paul VI), béatifiée (en 1614 par Paul V), canonisée (en 1622 par Grégoire XV) du fait de ses écrits et de l’amour de Dieu dont elle a donné inlassablement l’exemple. Comme il fallait bien exciper d’un miracle à son actif, on a exhumé le cas d’un petit neveu qu’elle aurait sauvé de la mort par la prière, alors qu’un mur s’était écroulé sur lui... Mais le vrai miracle de Thérèse, c’est Thérèse elle-même, sa vie, son œuvre, son influence !

Elle mourut épuisée, mais en odeur de sainteté (au propre comme au figuré) à Alba de Tormes, le fief des ducs d’Albe, en 1582.

Annie Birkemeier

 

Un voyage inoubliable à travers le cognac et le Cognaçais jeudi 5 octobre

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

Pour rappel, les deux "écrivaines du cognac", Fabienne Moreau, Directrice du patrimoine du groupe Hennessy, auteur du roman "l’Écornifleuse" et Monique Fillioux, exploitante avec sa famille de vignes dans le Cognaçais et auteur de "Femmes du cognac", étaient venues devant les adhérents des Rendez-vous littéraires de Royan le 13 juin dernier pour parler de leurs passions pour cette région où se mêlent traditions séculaires et qualité.

Une nouvelle rencontre avait été programmée jeudi 5 octobre, pour parfaire cette connaissance des richesses patrimoniales charentaises avec une visite de deux sites à la fois si différents et si semblables...

Temps doux idéal en ce début d'automne, 34 participants, un car pour la facilité, direction Cognac, sous-préfecture charentaise où François Ier naquit en 1494.

Une partie du groupe dans les chais de Hennessy

De précieuses barriques...

Et des dames-jeannes séculaires

Lire la suite de Un voyage inoubliable à travers le cognac et le Cognaçais jeudi 5 octobre

Riche portrait de Colette par Emmanuelle Lambert

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

Mardi 3 octobre, l'écrivaine Emmanuelle Lambert a tracé devant les adhérents des Rendez-vous littéraires un portrait à la fois riche et nuancé de l'immense femme de lettres, journaliste, actrice, dont on fête cette année les 150 ans de la naissance (28 janvier 1873 - 3 août 1954).

"Sidonie Gabrielle Colette" tel est le titre de l'ouvrage d'E. Lambert paru en 2022 chez Gallimard, qui a servi de trame à cette conférence très réussie, où les multiples facettes de Colette, mais aussi ses zones d'ombre, ont été détaillées avec talent.

 

Emmanuelle Lambert devant les adhérents des

Rendez-vous littéraires

 

Questions posées par Philippe Brégowy du journal Sud-Ouest

Philippe Besson : quel succès !

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

Il fallait s'y attendre, la venue du très médiatique Philippe Besson à Royan mardi 12 septembre a attiré un grand nombre d'amateurs de cet écrivain original, qui a publié 24 ouvrages en attendant la sortie de son 25ème roman en janvier 2024. Ce sont les Rendez-vous littéraires de Royan qui ont organisé la rencontre de l'auteur, habitué des plateaux TV et des médias, avec plus de 200 personnes à la Maison des Associations, rue Paul Doumer.

Accueilli par la Présidente Janie Béghin devant ce public enthousiaste, P. Besson s'est "soumis" avec humour et empathie aux questions des deux membres du Conseil d'Administration de l'association, Danièle Leblanc et Elizabeth Graneris, pendant plus d'une heure et sur les sujets les plus divers.

Ses origines charentaises (il est né à Barbezieux, y a fait ses études secondaires jusqu'à l'université à Bordeaux), son changement de trajectoire professionnelle alors qu'il était juriste, spécialiste de droit social et que l'amour de l'écriture l'a poussé à écrire son premier roman en 2001 ("En l'absence des hommes"), le style des 23 ouvrages suivants qui ont obtenu de nombreux prix, sa trilogie autobiographique autour de "Arrête avec tes mensonges", adapté récemment au cinéma avec G. de Tonquédec, l'influence de Marguerite Duras sur son style littéraire, ses combats contre l'homophobie et récemment les violences conjugales...

P. Besson a particulièrement abordé ce thème des féminicides, qui font honte à notre société et qu'il a qualifiés de "crimes de propriétaires", au cœur de son dernier ouvrage "Ceci n'est pas un fait divers". Il n'a pas caché son amitié avec E. Macron, auquel il a dédié son livre "Un personnage de roman", qui décrit l'incroyable ascension du jeune Président élu par surprise en 2017. Même s'il a avoué ne pas toujours être en phase avec les décisions de ce dernier...

Après ces échanges à bâtons rompus, le public a pris le relais avec de nombreuses questions posées à ce célèbre Charentais. Puis ce fut le moment toujours très attendu des signatures, autour des ouvrages proposés  par Natalya de la "Librairie du Rivage". En conclusion, une belle soirée littéraire, un auditoire fourni et de qualité, un invité d'exception... qui a promis de revenir à Royan pour parler de son roman à paraître début 2024...

 

Philippe Besson entouré par ses deux "intervieweuses"

Danièle Leblanc à droite et Elizabeth Graneris à gauche

Salle comble pour cette rencontre exceptionnelle

Philippe Besson a remercié les Rendez-vous littéraires de l'avoir invité à Royan

Beaucoup de monde pour la signature des ouvrages du romancier

Nos deux écrivaines du Cognac ont passionné les adhérents mardi 13 juin !

Rédigé par Elizabeth Aucun commentaire
Classé dans : compte-rendu Mots clés : aucun

La présidente Janie Béghin et les deux conférencières

 

Beaucoup de participants à la Maison des Associations mardi 13 juin en soirée pour le Café littéraire consacré au duo des "dames du Cognac", qui ont séduit l'auditoire.

Fabienne Moreau, historienne de formation, est Directrice du Patrimoine du groupe Hennessy, fabrique de spiritueux la plus connue au monde, fondée à la fin du 18e siècle à Cognac par l'Irlandais Richard Hennessy. Le négoce des eaux-de-vie explose alors vers les États-Unis et le succès du cognac et autres alcools s'étend à tous les continents lors des années qui suivirent. Aujourd'hui Hennessy vend ses alcools réputés dans 130 pays à travers la planète.

L'idée d'écrire vint à Fabienne à propos de la fameuse frégate l'Hermione, qui emmena La Fayette vers l'Amérique en 1780 et dont la réplique a été longtemps basée à Rochefort. Et à Belle Ile où elle allait en vacances, vivent des descendants de l'Acadie, cette terre française outre-Atlantique découverte par le Royannais Dugua de Mons et son lieutenant Champlain. Ce sera la trame de "L’Écornifleuse" (terme québécois signifiant "espionne"), roman d'aventures qu'elle a publié en 2022 et qui a connu un joli succès.

Monique Fillioux, elle n'est pas charentaise, mais parisienne et a épousé notre région en devenant en 1977 femme d'un exploitant viticulteur dans les eaux-de-vie et le cognac de Juilliac-le-Coq, un domaine de 25 hectares à 15 kms de Cognac, fondé en 1894.

Dans ce monde au départ très masculin, Monique a vu émerger de nouvelles générations de femmes surdiplômées, parlant plusieurs langues, qui avaient quitté les exploitations familiales pour étudier à l'étranger et ont repris le flambeau quand les parents vieillissaient. Gestionnaires, créatives, ces femmes plurielles ont inspiré Monique qui a décidé d'en faire 26 portraits regroupés dans son ouvrage intitulé "Femmes du Cognac, de l'ombre à la lumière" , avec textes et photos de ces héroïnes du quotidien âgées de 26 à 76 ans. Huit mois d'interviews, neuf mois d'écriture, quatre mois de correction, pour un beau livre paru en 2022, déjà réédité et bientôt traduit en anglais...

Fabienne Moreau (à gauche) et Monique Fillioux (à droite)