à venir :

 

 

 
 
. 23 mai 2024  : "La Place - Annie ERMAUX" - Café lecture animé par Miléna EMERY - Hôtel les Bleuets 16h30
 
. 04 Juin 2024 :"Atelier Ecriture" Animé par Danièle LEBLANC - Espace Pelletan 9h30/12h30
 
. 11 Juin 2024 : Conférence de Sylvain BONNET : VOLTAIRE "La question de l'optimisme"
 
. 18 Juin 2024 : "Passeur(s) d'histoires" - Grégoire DOMENACH (Romancier)
 
. 02 juillet 2014 :"NIETZSCHE" Café philo animé par J.ESKENAZI - (Ciel de Royan - 17h00)

 

_______________________________________________________________________________________

🔖 Pernelle Sévy : La passion d'Anna Blaine (éditions  Buchet-Chastel, 2001)

Rédigé par webmestreRL Aucun commentaire
Classé dans : bonnes feuilles Mots clés : aucun

Pernelle Sévy

La passion d’Anna Blaine

 

Royan, 5 janvier 1945

 

 Le ciel était rouge. Royan embrasé fumait, éclatait…

… Quand la deuxième vague s’éloigna et le bruit des avions lentement s’atténua, alors j’entendis cette immense clameur, cette longue plainte qui montait, qui n’en finissait pas, faite de cris d’horreur, de douleur, que j‘entends encore, que je n’oublierai jamais. Je me dirigeais comme un automate vers la rue de Foncillon. J’avais l’impression de faire un mauvais rêve. Ce que je voyais ne pouvait être vrai. J’allais me réveiller. Et pourtant j’étais bien au cœur du réel et je continuais de marcher. Je connaissais si bien le parcours entre le quartier du Parc et la boulangerie que j’aurais pu me diriger les yeux fermés. Cependant je ne retrouvais plus ma route. A chaque instant je devais m’arrêter, revenir sur mes pas, chercher un autre itinéraire car certaines rues étaient infranchissables. Partout autour de moi ce n’était que maisons éventrées, amas de pierres et de ferraille, flammes d’incendies d’où sortaient des fumées âcres de chair brûlée. Là un lit de fer surgissait du sol, noirci et tordu. Puis c’était un trou énorme qui m’obligeait à un détour Je devais une fois encore rebrousser chemin. Et, plus j’avançais plus le désastre se révélait effroyable. C’est lorsque le jour commença à poindre que je me rendis compte de son ampleur : la ville qui m’était si familière était morte. Royan n’était plus que ruines noirâtres encore fumantes. On venait de l’assassiner pendant son sommeil.

Roman. P. 96-97, Editions  Buchet-Chastel, 2001

 

Les commentaires sont fermés.