à venir :

 

 
 
17/09/2024 : "MOZART en tournée" par Thierry GEFFROTIN (chroniqueur musical, conférencier)

 

_______________________________________________________________________________________

đź”– Eric Fottorino : L'homme qui m'aimait tout bas (collection Folio, 2009)

Rédigé par webmestreRL Aucun commentaire
Classé dans : bonnes feuilles Mots clés : aucun

Eric Fottorino

L'homme qui m'aimait tout bas

 

Magie de l’écriture

 

          "A  l'époque je l'appelais encore Michel, sa smala de famille l'appelait Michou. Il était beau, plein de muscles et de douceur, naturellement bronzé, un visage fin et expressif, l'air débonnaire, tranquillement sûr de lui, de son charme, de sa force. Quelque chose d'un acteur de cinéma. Me vient une réplique d'Yves Montand dans César et Rosalie, à propos de Sami Frey : "On sent le type à l'aise, quoi." Et Romy Schneider répondait : "Cela s'appelle le charme." Maman paraissait heureuse avec lui. Un soir il est entré dans ma chambre et m'a dit en se raclant la gorge que si je voulais bien il serait mon père et que je pourrais l'appeler papa. J'ai raconté cet instant de magie dans plusieurs de mes livres, et moi qui ne les relis jamais, je me suis précipité sur eux en cherchant fébrilement les pages où je le décrivais, une fois en marchand de cannes à pêche, une fois en ostréiculteur aux mains tailladées, une autre fois sans fard ni fiction, tel qu'en lui-même dans un livre dédié "A Michel Fottorino, mon père". Mes mains tremblent chaque fois que je veux retrouver ces passages où il vit encore. Je cherche dans mes romans des preuves de vie, les preuves qu'il a vécu, que nous avons vécu ensemble heureux. J'ai réalisé à ce moment la dimension magique de l'écriture : les personnages ne vieillissent ni ne meurent."

14 – 15, Collection Folio, 2009

 

Les commentaires sont fermés.